Est-ce que le diabète est un handicap ?

Aurélie QURERELLE (Naturopathe — Thanatopraktrice) (nb : nous ne parlerons que du diabète sucré)

A découvrir également : Comment avoir la garde exclusive pour un père ?

Une maladie silencieuse causée par notre société moderne et a connu une expansion totale au cours des dernières décennies, et beaucoup d’entre nous souffrent ou connaissent les personnes touchées par elle.

A voir aussi : Où partir à l etranger l'été ?

Mais qu’est-ce qui se passe exactement dans le corps ? un peu de lumière pour une maladie qui est parfois difficile à comprendre et dans laquelle il est facile de s’emmêler avec des brosses.

Pour commencer quelques définitions de base…

pancréas :

Gande attachée au tube digestif, à la fois exocrine et endocrinienne, produisant le suc pancréatique riche en digestion, et d’une part des hormones telles que l’insuline, le glucagon, etc., et d’autre part contient des hormones telles que l’insuline, le glucagon, etc., qui sont versés dans le sang.pancréas est exocrine

Les îles Langhan :

Représente 1% du pancréas, de petits groupes de cellules endocriniennes, ils sont responsables de la diffusion des hormones dans le sang

Insuline :

L’ hormone protéique, produite par les cellules bêta des îles Langherans, favorise le retour du glucose du sang vers les cellules pour produire de l’énergie. Fait intéressant, il a été utilisé en 1923 et 1930 pour rendre les patients gras sous le poids.

Néoglukogenèse :

La néoglukogenèse est la formation de glucose à partir de précurseurs sans glucides au niveau hépatique. Il aide à stabiliser les niveaux de sucre dans le sang, par exemple, pendant le jeûne ou l’activité physique.

Indice glycémique :

L’ indice glycémique d’un aliment est donné en relation avec un aliment de référence auquel l’indice est attribué l’indice 100 (généralement du glucose pur ou du pain blanc B.). Chaque plus il est (il peut être plus de 100), plus la puissance glycémique de la nourriture est grande.

QU’ EST-CE QUE DIETES

Le diabète est un problème avec l’approvisionnement en sucre dans le sang.

Il y a des difficultés à introduire du glucose dans les cellules. Celui qui circule dans le sang augmente et reste exceptionnellement élevé, c’est ce qu’on appelle l’hyperglycémie.

Ce dernier peut être dû à un défaut de sécrétion d’insuline et/ou à un défaut de l’effet de l’insuline sur les cellules cibles.

Le prédiabète est appelé taux de glycémie à jeun entre 1,1 et 1,26 g et diabète si elle est deux fois supérieure à 1,26 g/l.

Les deux principaux types de diabète :

  • DIÈTES DE TYPE 1

Il se produit, en règle générale, chez les enfants ou les adolescents avant l’âge de 20 ans et affecte seulement environ 6% des cas.

C’ est un Maladie auto-immune qui détruit les cellules bêta dans les îles Langherans. Le pancréas n’est plus capable de produire de l’insuline (d’où une tendance à l’acidocétose, augmentation de l’acidité sanguine due à l’accumulation de corps cétoniques).

LA RÉPONSE ALLOPATHIQUE  :

Il est basé sur l’insulinothérapie, le seul moyen de compenser la carence en insuline.

RÉPONSE NATURELLE :

Dans ce cas, il a été démontré qu’un régime végétalien fort sans gluten améliorait significativement la sensibilité à l’insuline et réduit la quantité d’insuline ajoutée.

  • DIÈTES DE TYPE 2

Il affecte 1 personne sur 4 à partir de l’âge de 40 ans.

Il a comme l’origine de la résistance des cellules du corps (muscle, foie) à l’action de l’insuline. Cette résistance s’accompagne d’un défaut progressif de la sécrétion d’insuline par les cellules bêta.

Il s’intensifiera progressivement au fil du temps et conduira à une hyperinsulinémie chronique, qui précède l’hyperglycémie diabétique sur une période de 10 à 20 ans.

Ensuite, une carence en insuline apparaît causée par l’épuisement du pancréas.

L’ accumulation d’acides gras dans les tissus, ce qui n’est pas fait pour les absorber, capture le glucose dans le sang, et le pancréas fait de plus en plus d’insuline jusqu’à ce qu’il soit épuisé.

Parlant du diabète, il s’agit surtout de la résistance à l’insuline.

Résistance à l’insuline :

C’ est la cause de toutes les maladies métaboliques (diabète, obésité, etc.), et surtout pour les maladies cardiaques.

Nous avons dit que si plus élevé que la résistance à l’insuline résulte d’une libération trop importante d’acides gras. Étant trouvés en grandes quantités, ils favorisent la production hépatique de lipoprotéines riches en lipoprotéines. Les triglycérides sont, et stimulent ainsi la néoglucogenèse et la glycogénolyse, ce qui augmentera en outre la glycémie en raison de la faible utilisation de sucre dans le sang.

Paradoxe, plus la dose d’insuline est élevée, plus la résistance à l’insuline se développe, c’est une relation directe. Même si le niveau de glucose s’améliore, le diabète sera pire. L’insuline provoque la résistance à l’insuline, et plus vous avez d’insuline, plus il est difficile d’éliminer les acides gras des cellules.

Risques :

Les risques de cette hyperinsuffisance existent en plus du diabète, l’obésité, l’athérosclérose, l’hypertension, les plaies et les défauts de cicatrisation des plaies, cataractes, neuropathie périphérique, néphropathie, accident vasculaire cérébral… etc… Le diabète est en fait une maladie que beaucoup d’autres…

Symptômes

Soif forte, mictions fréquentes, fatigue, somnolence, irritabilité, apathie, vision floue, infections génitales fréquentes, Maux de tête, difficulté à se concentrer, confusion…

LA RÉPONSE ALLOPATHIQUE  :

Tout d’abord, c’est un régime spécifique qui est recommandé, puisque deux écoles se prononcent, une par hydrate de carbone, et l’autre, au contraire, pour un régime faible en glucides. Si le régime faible en glucides est efficace dans les 3/6 premiers mois, nous notons à long terme qu’il augmente le risque de maladies chroniques, de problèmes cardiaques, d’inflammations, etc. Nous découvrirons plus tard que ce n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît.

Dans le même temps, une reprise de l’exercice physique.

En cas d’inefficacité de l’alimentation seule et en l’absence de contre-indications, la metformine est la première intention de choisir un traitement. Les combinaisons de médicaments sont effectuées en cas d’échec, et l’insulinothérapie est considérée en dernier recours. L’objectif est de normaliser la taux de glucose dans le sang dus à des médicaments antidiabétiques ou des molécules qui augmentent l’effet ou la sécrétion d’insuline (glicazide, metformine, repaglinide…)

FACTEURS DU DIABÈTE

Les facteurs de diabète ou d’exacerbation de ces facteurs commencent par des sucres et des graisses saturés, transformés et industriels. La nourriture maléfique est l’une des principales causes de soi-disant maladies de la civilisation. Plus vous mangez industrialisé et transformé, plus vous augmentez vos chances de contracter une maladie grave. Plats cuisinés, conserves, gâteaux, bonbons, restauration rapide… Tant de choses qui, si elles restent une exception, devraient exister de nos plaques trois quarts du temps.

  • sédentaire Le mode de vie reste également une pointe de l’exercice physique est INDISPENSABLE. En effet, une étude néo-zélandaise a montré que 10 minutes de marche après un repas diminuent significativement le taux de sucre dans le sang post-prandial. Les personnes qui pratiquent physiquement activées retrouvent régulièrement une sensibilité à l’insuline et réduisent ainsi leur diabète.
  • Le surpoids, si ce n’est pas un facteur de 100%, aggrave également le diabète et surtout la graisse du ventre. Cette graisse, s’accumulant autour des intestins, est plus dynamique que celle du tissu sous-cutané, elle relie constamment un flux d’acides gras libres, qui au niveau du foie se transforment en triglycérides.

  • Stress . Facteur d’inflammation, le stress, l’insomnie, la carence en magnésium provoquent également un surpoids et une résistance à l’insuline
  • sel Absorption du glucose se produit au niveau de l’intestin seulement en présence de sodium. Par conséquent, en faisant attention au sucre caché dans les aliments, nous faisons également attention au sel.

  • la viande. De En plus de la L’acidification de l’excès de fer accélère la dégénérescence des cellules pancréatiques responsables de la production d’insuline, favorisant ainsi le développement du diabète.

RÉACTION DE GUÉRISON NATUREL

Tout d’abord, en naturopathie, l’importance du bon état de notre barrière intestinale et de son microbiote est d’une importance primordiale. Vous voulez améliorer votre santé ? Dans tous les cas, il sera nécessaire de traiter d’abord ce site. Une petite note, nous notons également que les patients obèses ont une microflore intestinale affaiblie… Bien sûr, l’activité physique, les avantages en nature participent à la restauration du bon fonctionnement du corps, en abaissant le niveau de stress et de désacidification de l’organisme. Alors sortez, bougez, respirez !

  • vitamines correct Apport de , vitamines B6, B9, C, E, A… antioxydants et ne faites pas d’illusions, la meilleure réception est dans la nourriture de haute qualité. Même les meilleurs cuisiniers vous diront, la grande différence est dans la qualité du produit et le soin de la cuisine, alors mangez organiquement et sain.
  • Approvisionnement en minéraux , calcium, magnésium, sélénium
  • Oméga 3 ! Indispensable pour le bon développement et la maturation du système nerveux central. Ils ont un effet antihypertenseur, conduisent à une diminution de la susceptibilité à l’arythmie, l’agrégation antiplaquettaire, hypotriglycéridémiants … graines oléagineuses, poissons gras, huile de colza, huile de lin.. Ce n’est pas la graisse en soi qui est mauvaise, elle est saturée et trans. Choisissez les bonnes huiles (organique, pression froide, bouteille en verre) la graisse est la vie !
  • Les fibres végétales produisent du magma alimentaire et réduisent l’apport en glucides, retarder l’augmentation de post-prandia Glycémie et propagation de la réaction d’insuline, l’indice glycémique du bol d’alimentation est abaissé. Aller aux fruits (ouais, ouais, les fruits que vous lisez bien) et les légumes frais (et bio, mais est-ce que cela vaut la peine de le dire encore… ?
  • Apaiser le gluten, le lait (surtout la vache) et la viande) (rouge, blanc, charcuterie, même se battre). Le gluten et les produits laitiers produisent déjà des colles qui affaiblissent une barrière intestinale
  • Donner la préférence à la cuisine sucrée , les légumes cuits à la vapeur ont plus de saveur et c’est une cuisson rapide. Tu penses toujours que c’est un peu ennuyeux ? Jouez avec les épices, les herbes (pas ceux qui vous font rire grâce), soyez inventifs et lâchez vos vieilles idées préconçues !
  • Plus que prudent avecun faible indice glycique aux repas, regardez la CHARGE GLYCÉMIQUE… « Alors que l’indice glycémiqueest seulement une mesure de l’indice glycémique. La qualité des glucides, la charge glycémique prend également en compte la quantité réelle de ces glucides dans une portion normale. Il prend également en compte l’effet « anti-glycémique » des fibres dans les aliments. « Par conséquent, les repas sont basés sur une faible charge glycémique pour réguler leur énergie tout au long de la journée
  • .

Le jeûne :

Une étude américaine a montré que le jeûne favorise la croissance de nouvelles cellules pancréatiques, des cycles réguliers de jeûne activent des gènes qui déclencheraient la production d’une protéine (Ngn3) produisant de nouvelles cellules bêta. Le jeûne intermittent améliore la fonction pancréatique et réduit les dépôts de triglycérides. Un changement de l’apport calorique change la teneur en graisse dans le foie, le pancréas et l’insuline se normalise à nouveau. (Étude de Ray Taylor)

Après tout, le diabète de type 2 n’est pas une fatalité en ayant la volonté de changer votre Changer les habitudes et votre mode de vie, nous faisons des progrès et vous pouvez vous en débarrasser. Mais n’hésitez pas à vous accompagner, ne vous amusez pas avec votre santé en vous complétant de quelque façon que ce soit ou en faisant un régime sec, parce que vous avez regardé une vidéo « You Tube » qui vous dit que c’est génial.

Le jeûne prépare (et en aucun cas), un complément alimentaire peut être difficile en fonction des conditions, vous êtes unique et aussi vos problèmes (et ouuuiiiii…) et cela sert un praticien de santé s’adapte à vos besoins et vous conseille dans ce domaine.

Et gardez à l’esprit que toutes les connexions avec la nourriture sont l’étendue de l’impact. Prendre soin du corps est bon, mais aussi penser à la dimension émotionnelle, qu’est-ce que cette pathologie signifie pour vous ? Nous ne sommes pas seulement un physique, nous sommes aussi des individus émotionnels, tant de possibilités que il est temps d’explorer…

Afficher
Cacher