Comment fonctionne le statut de LMNP ?

L’immobilier est un domaine qui a du vent en poupe et qui attire de nombreux investisseurs, que ce soit des particuliers ou des locataires. Pour investir dans l’immobilier, vous avez le choix entre deux types de statuts, parmi lesquels le statut de LMNP qui offre une fiscalité avantageuse. Qu’est-ce que le Statut de LMNP ? Découvrez le statut de LMNP à travers ses avantages et des inconvénients.

Qu’est-ce que le statut de LMNP ?

A lire également : Transfert de siège social : comment procéder ?

Le statut de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP) représente un régime fiscal à l’intention des propriétaires ou des particuliers qui désirent investir dans l’immobilier locatif en louant des biens meublés. Il offre de nombreux avantages fiscaux pour toute personne désirant investir dans l’immobilier.

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier locatif avec le statut de LMNP, il vous faudra acquérir un bien immobilier meublé, que ce soit pour une location d’affaires ou pendant une période donnée. Pour ce faire, vous pouvez recourir à un professionnel ou un expert-comptable afin de bénéficier d’un accompagnement. Celui-ci vous sera utile pour trouver le bien immobilier idéal, pour la gestion locative de votre bien ainsi que celle de votre comptabilité.

A découvrir également : CV comptable : quelles sont les compétences et expériences fondamentales ?

Les conditions d’éligibilité au statut LMNP

Pour bénéficier du statut de loueur meublé non professionnel, vous devez remplir certaines conditions d’éligibilité :

  • La location doit être équipée ;
  • La location doit être une location saisonnière de courte durée ;
  • Les revenus locatifs annuels doivent être inférieurs aux revenus du foyer fiscal et ne doivent pas dépasser 23000 euros par an ;
  • Ne pas être inscrit au Registre du Commerce et des Sociétés.

Lorsque vous respectez ces conditions, vous pouvez bénéficier des avantages de la fiscalité du statut de LMNP.

Les obligations du statut de LMNP et ses différents régimes fiscaux

En tant que loueur meublé non professionnel, vous devez faire face à plusieurs obligations. Tout d’abord, ce statut implique que vous devez être en mesure de gérer votre comptabilité de manière efficace. De plus, le statut de LMNP vous impose de procéder à l’établissement d’une déclaration fiscale annuelle tout en respectant les règles de la location meublée. Il est nécessaire que vous souscriviez également à une assurance responsabilité civile.

Par ailleurs, le statut de LMNP est basé sur différents régimes fiscaux. D’une part, vous avez le régime réel qui vous permet de déduire toutes les charges fiscales liées à votre investissement immobilier. D’autre part, le régime micro-BIC qui vous offre un abattement forfaitaire sur l’ensemble de vos revenus locatifs.

Les avantages et les limites du statut de LMNP

Le statut de loueur meublé non professionnel présente de nombreux avantages ainsi que limites qu’il est important de connaitre. Lorsque vous êtes loueur meublé non professionnel, vous bénéficiez d’une fiscalité avantageuse qui prend en compte une réduction des impôts et une déduction des charges fiscales.

Par ailleurs, les charges administratives vous sont simplifiées, vous jouissez d’une meilleure protection du patrimoine et une possibilité de récupérer la TVA sur le prix d’achat de votre bien immobilier.

Quand vous choisissez le statut de LMNP, vous devez tenir compte des inconvénients que cela implique. Tout d’abord, avec le statut de LMNP, vous êtes contraint à respecter un plafond de revenus locatifs annuels. Ensuite, votre bien immobilier à destination doit être loué meublé et il est limité dans le temps. De plus, vous pourriez être confronté à des difficultés de revente de votre bien immobilier dues à la règlementation et aux obligations fiscales qui sont liées à ce statut.

La déclaration fiscale pour les LMNP : ce que vous devez savoir

Lorsque vous êtes un loueur en meublé non professionnel, la déclaration fiscale peut sembler complexe. Vous devez savoir que les règles fiscales sont assez simples et permettent une bonne gestion de vos revenus locatifs.

La déclaration des revenus perçus par le statut de LMNP doit être faite chaque année en utilisant un formulaire spécifique appelé Cerfa 2042-C-PRO. Ce formulaire permettra à l’administration fiscale d’évaluer votre chiffre d’affaires ainsi que le montant des charges qui peuvent être déduites de ce dernier.

Il existe deux types d’imposition pour les LMNP : l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés. Le choix entre ces deux types d’imposition se fera en fonction du type et du nombre de biens immobiliers que vous détenez dans le cadre du statut de loueur en meublé non professionnel.

Vous devez souligner qu’en tant que LMNP, vous pouvez bénéficier d’un régime fiscal particulier appelé ‘régime réel‘. Ce régime permet aux propriétaires-bailleurs de déduire toutes leurs dépenses liées à leur bien immobilier (charges foncières, travaux effectués…). Il s’agit donc d’un avantage financier considérable pour les investisseurs immobiliers.

Si la gestion comptable et fiscale reste toujours complexe pour certains investisseurs débutants dans la location meublée non professionnelle, il est possible de faire appel à un expert-comptable ou à une société de gestion locative pour les assister dans leur déclaration fiscale et la gestion de leurs biens immobiliers.

Comment choisir entre le régime réel et le régime micro-BIC pour votre activité LMNP ?

Lorsque vous êtes un loueur en meublé non professionnel, vous avez le choix entre deux régimes d’imposition : le régime micro-BIC et le régime réel. Choisir l’un de ces deux régimes dépendra du montant de vos revenus locatifs et des charges que vous souhaitez déduire.

Le premier mode d’imposition est appelé ‘régime Micro-BIC’. Ce dernier s’adresse aux propriétaires-bailleurs qui perçoivent un chiffre d’affaires inférieur à 72 600 euros par an. Si c’est votre cas, alors ce régime fiscal est la solution idéale pour votre activité LMNP.

Effectivement, si vous choisissez ce régime, vous ne paierez pas la TVA sur les loyers que vous percevez grâce à votre bien immobilier. Les règles fiscales sont très simples puisqu’il suffit de faire une déclaration fiscale annuelle simplifiée.

Il faut noter que ce système possède aussi quelques inconvénients. En optant pour le régime Micro-BIC, vos charges seront forfaitisées (30% des loyers bruts) et cela peut être désavantageux si vos dépenses sont élevées ou supérieures au forfait proposé.

Si vos revenus locatifs excèdent 70 000 euros par an ou que vos charges liées à votre investissement immobilier sont importantes (travaux importants…), alors pensez à bien noter que le choix du régime fiscal reste une décision essentielle qui doit être prise en fonction des spécificités de chaque situation. Pensez à bien faire appel à un expert-comptable ou une société spécialisée pour obtenir les conseils nécessaires avant toute décision importante concernant votre activité LMNP.