Comment mesurer la rentabilité d’un investissement ?

Une entreprise doit investir pour l’engager dans le temps de manière financière, humaine et/ou matérielle afin de générer des profits par la suite. Étant donné que les ressources sont limitées et rentables, nous devons évidemment être en mesure de prendre des décisions en estimant ces contraintes. Pour que ce dernier soit cohérent, un PDG ou un gestionnaire de projet doit s’appuyer sur les critères les plus spécifiques.

  • Calcul de la rentabilité prévue
  • Phases de l’évaluation des investissements
  • Assurer l’efficacité
  • Prise en compte des risques
  • La question du contrôle posteriori

Comment calculer la rentabilité projetée d’un investissement ?

Ceci est un calcul ici pour comparer le montant de l’investissement (clairs, décaissements) avec les bénéfices générés par l’investissement sur la durée de vie prévue (revenu en espèces) afin de sélectionner les projets qui semblent être les plus rentables pour l’entreprise. La décision à prendre doit être aussi raisonnable que possible, partagée et non remise en cause. Il est donc clair que l’investissement seul est souvent une idée insuffisante. Obtenez des conseils de professionnels, d’un partenaire, d’un comptable ou d’un banquier, ainsi que de consultants spécialisés.

A découvrir également : Quels sont les frais d'un propriétaire ?

Quelles sont les étapes de l’évaluation des investissements ?

Étape 1 : Toutes les dépenses prévues doivent être prises en compte lors de l’évaluation des coûts du projet, qu’il s’agisse d’immobilisations ou non. Par exemple, le coût de l’acquisition d’immobilisations, les coûts accessoires, les coûts d’installation, les coûts de démarrage, les frais de formation pour le nouvel outil si nécessaire, le changement de la BFR se réfère à l’investissement, la valeur résiduelle de l’investissement précédent.

Deuxième étape : ce n’est pas facile, car nous devons nous baser sur des hypothèses ici. Les flux de trésorerie prévus doivent être quantifiés. Le coût et le bénéfice de l’investissement sur sa durée de vie utile génèrent des flux de trésorerie prévisionnels positifs ? Afin de réduire le risque, on utilise la période la plus courte entre la durée de vie de l’installation, sa période d’amortissement ou son obsolescence .

A lire en complément : Comment est calculé le RLS ?

Étape 3  : Il s’agit de comparer les recettes et les débours. Ces derniers, qui sont disponibles à différents moments, sont rendus comparables grâce à la technique de mise à niveau. Le taux d’actualisation, qui est le plus souvent utilisé par les professionnels de la gestion, correspond au coût des employés par l’entreprise. Cela peut ensuite être corrigé, par exemple, pour ajouter le complément découvert et associé au projet pour tenir compte du risque supplémentaire qui y est associé.

Étape 4  : Enfin, l’objectif est de choisir les critères de rentabilité. À cette fin, les avantages et les inconvénients peuvent être distingués sous forme de tableau entre la période de récupération (DR), la valeur actualisée nette (VAN) et le taux de rentabilité interne (TIR) :

inconvénients
Temps de récupération (CD) Préfère l’atténuation des risques en sélectionnant le projet de CD le plus court. Le projet avec la DR la plus courte n’est pas toujours le plus rentable.
La valeur actualisée nette (VAN) correspond au montant des actifs créés. La hauteur de la Les actifs ne sont pas déclarés à l’investissement initial.
Taux de rentabilité interne (TIR) Préfère le retour du projet. Le projet avec le meilleur TIR n’est pas nécessairement celui qui crée la plus grande richesse.

Attention, cette présentation examine le calcul d’un point de vue économique et n’inclut pas, par exemple, la méthode de financement du projet.

Comment assurer l’efficacité de l’investissement ?

C’ est assez difficile jusqu’à ce que la chose ait réellement été essayée. D’autre part, il s’agit d’un conseil et d’une méthodologie utiles pour assurer un rendement minimum (retour sur investissement).

Les chiffres indiqués ci-dessus sont fondés sur de nombreuses hypothèses économiques, telles que la durée de vie de l’investissement ou l’estimation de l’investissement réalisé par la mise en œuvre de la les flux résultants du projet . Les flux de trésorerie futurs sont analysés en comparant deux situations : la situation actuelle, par exemple, en posant la question suivante : « Que se passe-t-il si nous ne faisons pas l’investissement ? « et la situation future.

validation des hypothèses économiques La est essentielle, comme vous le comprenez. Cela signifie que vous vous posez beaucoup de questions. La pertinence des décisions fondées sur des critères financiers dépend entièrement de l’exactitude des hypothèses utilisées pour construire la simulation. Ces hypothèses sont fournies par les contrôleurs opérationnels et de gestion :

  • La demande est-elle entièrement couverte par des investissements ?
  • Est-ce que tout le monde participe à l’étude des coûts, en particulier au service des achats de l’entreprise ?
  • Les délais sont-ils réalistes ?
  • Quels coûts et bénéfices seront causées ?
  • Qu’ adviendra-t-il des investissements en fin de vie ?
  • Y a-t-il des changements organisationnels à prévoir et lesquels ?

Comment prendre les risques en compte correctement ?

Le directeur général, le comptable et, bien sûr, le contrôleur de gestion doivent participer à l’évaluation des risques et remettre en question les hypothèses de calcul. Les risques sont principalement liés à l’environnement économique, en particulier aux spécificités du marché. Un risque souvent oublié vient aussi du législateur sur le marché ou simplement de l’environnement juridique. Il est généralement conseillé d’avoir à l’avance un véritable repère pour analyser tous les risques et les opportunités.

Il existe deux façons de pondérer les critères de sélection en intégrant l’impact des risques :

  • Utilisation d’un taux d’actualisation progressif pour remédier à l’incertitude croissante des prises de contrôle des bénéfices tenir compte au fil des ans ;
  • Effectuer une analyse de sensibilité, en particulier des scénarios.

On vérifie a posteriori ?

C’ est une question de bon sens en termes de gouvernance à laquelle il faut répondre oui ! Cependant, la tâche est plus compliquée que vous pouvez l’imaginer. En fait, la comptabilité analytique d’une entreprise particulière n’est pas toujours organisée pour isoler les bénéfices réels du projet. Le suivi de ces gains peut devenir complètement fastidieux et se rapprocher lorsque de nombreux événements internes ont interagi avec la mise en œuvre du projet au cours de la période considérée.

En passant, les bénéfices réels ne peuvent pas être comparés à une situation où l’investissement n’aurait pas été réalisé . Cependant, il est possible d’étudier l’impact, par exemple, un an après le début du service, qui a prédit Recalculer la rentabilité en tenant compte de ces éléments actualisés et réels. L’utilisation du tableau de bord est donc essentielle et permet l’intégration d’indicateurs clés (KPI) tels que la productivité et les gains de produits de base.

X.D

Afficher
Cacher